5 avril 2022 / Le mot du Président

Le Mot du Président – Avril 2022

Un nouveau défi du monde digital : l’attention, denrée rare et menacée ?

La nouvelle ère dans laquelle nous sommes rentrés met en évidence une qualité fondamentale : l’attention. 

Socle de la relation à l’autre, elle est la base de qualités essentielles telles que l’empathie, la bienveillance ou la compassion. Chez Techform, nous avons eu l’occasion d’en parler précédemment dans d’autres billets d’humeur.

L’attention est un sujet vaste et mal connu, qui renvoie d’abord à nos facultés cognitives : elle permet de rester concentré, de réagir plus vite en cas de changement d’environnement et de mieux mémoriser.

Source photo : Yagnik Sankhedawala on Unsplash.

Elle est au cœur des enjeux d’efficacité au travail, mais aussi des relations sociales, du changement d’économie, centrée jusqu’à présent sur le profit à court terme et la menace, pour passer à une économie soucieuse des autres et des ressources de la planète.

On parle à juste titre du réchauffement climatique, mais nettement moins du réchauffement neuronal qui ronge nos organisations. Or, il y a urgence à agir, surtout dans les entreprises. 

 

Source photo : Luis-Villasmil on Unsplash.


Notre esprit est saturé, notre charge mentale n’a jamais été aussi élevée :

  • L’information numérique double tous les 4 ans. La surinformation et la désinformation consument notre capital attentionnel.
  • Nous sommes interrompus en moyenne toutes les 3 minutes. Mais surtout, notre charge mentale augmente notre niveau de stress en nous donnant le sentiment d’être submergé et pressé par le temps.
  • Nous consultons notre smartphone en moyenne 150 fois par jour. Cette ultra connectivité engendre un «technostress».
  • Nous sommes les champions du multitasking. Vous arrive-t-il de répondre à vos courriels pendant une réunion, de lire un SMS pendant une conversation ou de faire des recherches sur Internet tout en parlant au téléphone ?
  • Notre esprit passe environ 47% de son temps à vagabonder de manière anxiogène. Or une attention vagabonde peut altérer notre sentiment de bien-être et notre performance.

 

Un esprit attentif, selon Daniel Goleman, “père de l’intelligence émotionnelle”, est un esprit plus concentré, plus résilient et empathique. Il est le fondement de la conscience de soi et de l’intelligence émotionnelle. 

Pour entraîner son cerveau, le psychologue américain recommande d’ailleurs la pratique de la méditation. Car bonne nouvelle : l’attention n’est pas perdue à jamais : elle se travaille et se développe.

 

– Charles Bensoussan.

 

Partagez et suivez-nous !
  •  
  •  
  •  



Voir la démo en ligne